LE DIVIN NARCISSE 720p complet

Encore aux 1980’s en Espagne y avait des professeurs de littérature au lycée qui prétendaient glorifier la dictature, théocratie ultra-catolique et fasciste (Franco faisait partie de “l’axe” avec les dictateurs allemand, italien et japonais et a été soutenu pendant sa…

LE DIVIN NARCISSE 720p complet

Source

0
(0)

Encore aux 1980’s en Espagne y avait des professeurs de littérature au lycée qui prétendaient glorifier la dictature, théocratie ultra-catolique et fasciste (Franco faisait partie de “l’axe” avec les dictateurs allemand, italien et japonais et a été soutenu pendant sa brutale prise de pouvoir et le génocide auquel a consisté celle-ci dans la durée) et ces professeurs mettaient en exergue un (bon) poète de la Renaissance espagnole, Garcilaso, suivant les amorces de modernisme propres aux quelque peu d’intellectuels de la Falange, tout simplement pour nous mettre pour modèle un soldat mort jeune au combat mais aussi un seigneur féodal et parce que le fascisme tient de l’illusion pornographique, un poète amoureux

Le baroque, nonobstant, étant la période d’essor de la propagande catholique, était aussi une période louée en soi, plutôt pour l’architecture et les images cultuelles, mais surtout par le théâtre de cape et épée de Lope de Vega

Le poètes rares, secondairement, étaient malgré tout cités depuis très tôt même par des professeurs qui se seraient fortement fâchés qu’un élève aille plus loin et vraiment lise ces poètes… On devait se contenter de les tenir pour ornement, ainsi Soeur Juana Inés passe pour une des précieuses du groupe cultivé de Góngora, une de celles qui irritèrent jusqu’à l’anathème les espagnols “patriotes”, étant mexicaine et non directement péninsulaire de l’Espagne, elle dût m’être familière non pas par ces professeurs fascistes mais par les quelques jeunes professeurs qui ouvrirent le programme éducatif au féminisme

CE long long film de dessins et traduction performative réunit l’ensemble de la pièce théâtrale baroque El Divino Narciso, de Soeur Juana Inés de la Cruz (Mexique, XVII siècle) traduite impromptu avec guitare électrique et illustrée ad hoc avec aquarelles et dessins de ligne par Manuel Montero en 2019 (du 22 février au 30 mars) à son atelier parisien

mes traductions performatives ne prétendent pas se substituer à une traduction savante corrigée et faite pour lecture, mais pointer des scansions métriques et susciter l’étude

Tenant quand-même à orienter un peu l’écoute il est à pointer l’utilisation double que fait Juana Inés de la tradition biblique et de la mythologie classique, et de manière pertinente et signifiante, puisque elle analyse en manière très psychologique le mythe de Narcisse (Métamorphoses d’Ovide) et l’épithalame traditionnel de Salomon qui est le Cantique des Cantiques. De la nature du baroque, où le spectacle théâtral se confond dans l’espace avec les mises en scène d’autodafés (exécutions publiques) doit nous parler la tonalité doctrinale des personifications (Gentilité, Sinagogue, Nature Humaine…) mais bien clair c’est une fois entendu, que l’approche de Juana Inés ne va pas dans le sens de la persécution

0 / 5. 0

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *